12/01/2009

Le ghetto de... Gaza

Mercredi 7 janvier 2009.

Après avoir réfléchi et hésité longuement, il m'a semblé capital de diffuser les images qui vont suivre. Ces images sont très dures, j'en ai été profondément choqué, tant elles expriment la cruauté de l'être humain à l'égard de ses semblables.

Selon monsieur Pazner, porte-parole du gouvernement israélien plus de 80% des tués sont des terroristes...

Bilan du jour, plus de 660 morts, dont 215 enfants et 89 femmes... des êtres humains tués, exterminés par la barbarie israélienne, mais pas n'importe comment! Pas accidentellement comme on pourrait s'y attendre dans n'importe quelle guerre de part le monde lorsque des femmes et des enfants meurent à cause d'une bombe qui explose ou d'un immeuble détruit! A Gaza des soldats israéliens, mettent en joue, visent et tuent des enfants délibérément! On ne vise pas la poitrine d'un enfant accidentellement, on le fait intentionnellement et en obéissant aux ordres donnés!

C'est ce qui se passe à Gaza, c'est ce qui s'est passé hier, pendant que nous soupions ici et là tranquillement, pendant que nous disions bonne nuit à nos enfants le soir avant qu'ils ne s'endorment, pendant que nos médias filtrent leurs images pour ne pas montrer le véritable visage de la politique haineuse israélienne à l'égard des Palestiniens et pendant que monsieur Sarkozy s'obstine à qualifier Israël de "grande démocratie"!

Pendant que nous vivons notre vie, les enfants de Gaza, eux, meurent abattus par la haine avant de l'être par les balles des tireurs "valeureux" de l'armée israélienne.

A-t-on perdu le minimum de bon sens commun?! Si ce n'est pas le cas alors pourquoi le massacre n'est-il pas stoppé immédiatement?! Pourquoi devant la sourde oreille israélienne et sa mauvaise foi, n'exige-t-on pas l'arrêt immédiat des combats avec menaces de sanctions économiques et divers?! Les Etats-Unis remettront leur veto aux Nations-Unies certes, mais il existe d'autres sanctions comme la rupture des relations diplomatiques et l'expulsion des ambassadeurs! Ou encore porter plainte au niveau des états pour traduire en justice les dirigeants israéliens pour crimes de guerre!

Quand toute cette cruauté cessera-t-elle? Lorsqu'il n'y aura plus de Palestiniens à tuer?!

Réveille toi Israël! C'est ça ta démocratie?! C'est ça ta justice?! C'est ça ton droit à te défendre?!

C'est ça?!!!


IMG_0083.JPG

IMG_0084.JPG

IMG_0085.JPG

IMG_0086.JPG

IMG_0088.JPG

IMG_0092.JPG

IMG_0100.JPG

IMG_0099.JPG

IMG_0101.JPG

IMG_0090.JPG

11/01/2009

Plomb durci... chimique!

11 janvier 2009

879 personnes exterminées, dont 275 enfants et 68 femmes, environ 3700 blessés dont plus de la moitié sont des enfants et 400 dans un état grave. Parmi les tués, 39 morts mardi 6 janvier, suite au bombardement d'une école des Nations unies à Gaza.

L'ONU a annoncé que 25.000 personnes ont fui les combats à Gaza et se sont réfugiées dans des centres d'accueil de fortune installés dans des écoles ou des bâtiments de l'Agence pour l'aide aux réfugiés.

Depuis 3 jours, plusieurs hôpitaux de la bande de Gaza ont observé sur les admissions de plus en plus nombreuses, des nouveaux cas de blessures. Des brûlures au deuxième, troisième et quatrième degrés, impliquant une impossibilité d'intervention sur les chairs brûlées qui se détachent en lambeaux dès qu'elles sont touchées. Selon les témoignages des médecins de l'hôpital "Al Shifaa", il s'en suit des hémorragies internes dans les cas de brûlures importantes et la mort des personnes touchées, malgré les soins prodigués. Ils ont également observé de nombreux cas de brûlures aux yeux, notamment chez des enfants, avec destruction totale des globes oculaires.

Les médecins occidentaux qui ont pu observé ces cas sur place, avouent ne pas pouvoir expliquer l'origine de ces lésions autrement que par l'usage d'armes chimiques, caractéristiques de ce genre de brûlures.

Israël démontre donc une nouvelle fois qu'aucune limite ne dicte la ligne de conduite de son armée, toutes les atrocités sont envisageables. Après les bombardements à l'uranium appauvri, voilà que les bombes au phosphore sont "testées" sur la population de Gaza. Il a également été question d'armes de type DIME, économiques et légères, larguées spécifiquement dans des zones à forte densité de population, en des quantités quatre fois supérieures, provoquant les mêmes effets dont il est question à Gaza, où les civils sont les premières victimes.

Bel exemple "d'armée morale" israélienne! Alors que nos médias occidentaux continuent de qualifier le Hamas de mouvement "islamiste extrémiste", alors que ce parti a été élu démocratiquement à Gaza et qu'il devrait plutôt être qualifié de mouvement de résistance.

AB

30/10/2006

DIME

samedi 14 octobre 2006 (02h43)

DIME1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L ’armée d’occupation israélienne a-t-elle utilisé, au cours de l’été, dans la bande de Gaza, un nouveau type d’armes très performantes qui cause des blessures inhabituelles ? De nombreux témoignages font état de profondes brûlures et de membres sectionnés nettement, "comme s’ils l’avaient été par une scie", indique un médecin de l’hôpital Chifa, à Gaza, cité, mercredi 11 octobre, par le journal Haaretz. Les corps des morts n’ont pas été déchiquetés par des éclats comme c’est le cas habituellement, et les médecins ont noté que les blessures comportent de minuscules orifices d’entrée. A l’intérieur, il y a de petites particules qui ne peuvent, selon les médecins, être détectées aux rayons X. Une équipe de la chaîne de télévision italienne RAI 24news, la même qui avait révélé l’utilisation des bombes au phosphore lors de l’attaque américaine de Fallouja, en Irak, en novembre 2004, a enquêté sur ces blessures. Elle a abouti à la conclusion qu’il pouvait s’agir d’une nouvelle arme américaine appelée DIME (Dense Inert Metal Explosive), dont la particularité est d’être très performante pour détruire la cible choisie tout en causant des dégâts dans un rayon très limité de quelques mètres. C’est d’ailleurs ce qu’a reconnu un général israélien à la retraite, Yitzhak Ben-Israël.

DIME2-312fe.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon le site Internet des laboratoires de l’armée de l’air américaine, ce type de projectiles, qui serait au stade expérimental, est constitué d’une enveloppe en carbone avec à l’intérieur un mélange composé notamment de tungstène, métal qui est très conducteur de la chaleur. "Le résultat est beaucoup plus destructeur qu’un explosif normal, est-il indiqué, et l’impact des micro-shrapnels cause un effet similaire mais beaucoup plus puissant que l’onde de choc de la déflagration." Les journalistes italiens ont fait analyser à l’université de Parme les particules récupérées sur les victimes. Selon les résultats, il s’agit "d’une grande concentration de carbone et de la présence de matériaux inhabituels comme le tungstène, l’aluminium et le cuivre". Ce qui laisse supposer qu’il s’agirait du DIME, l’arme adéquate pour les assassinats ciblés pratiqués par l’armée d’ocupation dans la bande de Gaza à partir de drones ou d’hélicoptères. Ces nouveaux projectiles ont été utilisés à Gaza pendant la guerre contre le Liban, à une époque où tous les regards étaient tournés vers le pays. Depuis le 28 juin, date du lancement de l’opération Pluies d’été, après l’enlèvement trois jours auparavant du caporal israélien Gilad Shalit, l’armée d’occupation a mené d’innombrables incursions et bombardements dans la bande Gaza, tuant 240 personnes. http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=3436

DIME3-525c3.jpg DIME4-411d9.jpg