30/10/2006

aujourd'hui comme hier...

Un sentiment de déjà vu...? Malheureusement non... Ca s'est déjà passé en vrai... c'était il y a 4 ans...
 
AB
 
 
Source: http://www.la-paix.org/Associationpalestiniendefrance.htm
Actions antisémites et soutien à Israël
www.palestine-france.com


Des organisations sionistes appel à une manifestation contre les actes antisémites qui ont eu lieu en France et " pour le soutien de l'Etat d'Israël !!!"

Communiqué de l'Association des Palestinien en France.(01/04/2002)


Agressions israéliennes au Moyen-Orient et actes antisémites en France !!?

Au moment où le Premier Ministre israélien A. Sharon déclare la guerre au peuple palestinien, certaines organisations sionistes : CRIF, Consistoire central de la Fédération des organisations sionistes de France .etc, tentent de profiter des événements criminels et agressions antisémites contre les lieux de cultes juifs en France pour rassembler un soutien à l'Etat d'Israël !!

L'Association des Palestiniens en France, condamne les actes antisémites et demande aux autorités françaises de déployer tous les efforts nécessaires pour en arrêter les responsables et de les traduire devant la justice. Nous dénonçons, aussi, fermement les amalgames entretenus par les organisations sionistes entre la mobilisation contre ces actes et le soutien à un Etat d'Israël colonial et criminel qui bafoue toutes les résolutions des Nations-unies, viole quotidiennement les conventions internationales pour le respect des droits de l'Homme en temps de guerre et bloque toutes les initiatives et propositions en faveur d'une solution pacifique du conflit.


Nous appelons tou-te-s les hommes et femmes libres et épris-es de justice ainsi que l'ensemble de la classe politique française à refuser le détournement de leur condamnation légitimes des actes antisémites en un soutien à l'injustice au mépris des droits légitimes et indéniables du peuple palestinien à un état indépendant et souverain en application des résolutions de l'ONU.

Nous appelons également la France à se prononcer et à œuvrer immédiatement en faveur de l'arrêt des agressions israéliennes contre le peuple palestinien, sa terre, ses droits et son Président Arafat comme le réclame les résolutions n° 242, 338, 194 et la 1402 votée à l'unanimité par le Conseil de sécurité de l'ONU.

Nous demandons :

la suspension immédiate de l'accord d'association économique entre l'U.E et Israël comme moyen de pression pour ramener le gouvernement israélien sur le chemin de la paix.
l'envoi d'urgence d'une force internationale de protection de peuple palestinien.
Association des Palestiniens en France
www.palestine-france.com
 
 
APPEL ET TEMOIGNAGE DE RAMALLAH


À vous tous,


Je suis la directrice du Centre culturel Khalil Sakakini de Ramallah : http://www.sakakini.org

Assiégée chez moi dans Ramallah, j'envoie ce témoignage aux journalistes, amis et autres personnes pour leur demander de retransmettre ce message à d'autres personnes.



J'espère qu'il n'alimentera pas une chaîne d'e-mails pour susciter la piété, demander des prières ou des dons, mais plutôt des actes. Nous faisons notre part en résistant ou en restant constants dans l'adversité et nous demandons au monde de faire sa part au nom de l'humanité à laquelle nous appartenons tous.

Nous ne voulons pas devenir les Peaux-Rouges du monde arabe, nous voulons tout simplement vivre libres sur cette terre, dans la paix et la dignité.

Je commencerai pas un survol rapide de la situation «en direct» et je vous proposerai 9 suggestions de ce que nous aimerions voir se concrétiser dans les médias et ailleurs dans le monde.

Tout d'abord ce soir, dimanche, nous avons entendu de plusieurs sources que des soldats israéliens avaient exécuté de sang-froid 30 policiers palestiniens dans un bâtiments de la rue Irssal de Ramallah où ils s'étaient réfugiés. Cela fait suite à l'exécution de 5 policiers palestiniens tués d'une balle dans la tête et dont les corps ont été jetés dans la rue et y sont restés pendant des heures vendredi. On empêche les ambulances de se rendre à destination et les Israéliens sont entré de force dans un hôpital (Arabcare) et ont tiré dans un autre (Nazer Maternity Hospital). Si cela continue, ce sera une autre Tchétchénie ou un autre Sarajevo.



En ce qui me concerne, je suis confinée chez moi depuis vendredi matin, comme les dizaines de milliers d'habitants de Ramallah et El-Bireh, sans éventualité que cela finisse bientôt. Nous n'avons pas eu d'électricité pendant une journée, mais grâce à Dieu, aujourd'hui dimanche, le courant est rétabli.

L'armée israélienne a pénétré hier dans le village (Kobar) d'un de nos employés du Centre Sakakini. Elle a détruit leurs affaires et arrêté son plus jeune frère avec 30 autres jeunes du village.

La femme de ménage de notre Centre vit dans une maison dont les toilettes sont à l'extérieur. Pendant trois jours, les Israéliens se sont postés à la porte de chez elle en empêchant toute sortie. Quand l'aîné de la famille s'est glissé dehors pour aller aux toilettes extérieures, ils l'ont attrapé et l'ont battu. Son père, un enseignant, a essayé d'intervenir, les Israéliens l'ont battu et arrêté.

Un de membres du conseil de notre Centre a été arrêté avec tous les employés de l'immeuble à bureaux où il travaillait jeudi soir tard. Ils ont tous eu les yeux bandés et les mains liés, on les a confinés dans une pièce pendant 16 heures. Les Israéliens ont détruit du mobilier de bureau et volé les disques durs des ordinateurs. Ils se sont tous détachés quand ils ont réalisé que les Israéliens étaient partis à la recherche d'une proie plus intéressante... Mon beau-frère, sa femme et leurs 3 enfants de moins de 10 ans n'ont ni téléphone ni électricité depuis vendredi et ne peuvent pas aller vivre chez quelqu'un d'autre car on leur tirerait dessus.

Le père de ma voisine immédiate a 70 ans et habite près des bureaux d'Arafat. Les Israéliens ont fait irruption chez lui vendredi, ils ont tout cassé à coups de crosses de fusil (TV, évier, meubles, etc.) puis ils ont volé de l'argent. On dit aussi que des soldats israéliens ont pénétré dans des banques, bureaux de change et bijouteries et qu'ils ont volé argent et bijoux.

À El Bireh, ils ont arrêté samedi 150 homme des 16 à 45 ans, après leur avoir intimé l'ordre de sortir et ils les ont regroupés dans la vieille ville de Ramallah.

La seule station de TV locale privée (Watan TV) qui nous donnait des bulletins toutes les heures a été saisie vendredi par la Israéliens qui diffusent désormais des films pornographiques. Les journalistes ont dû quitter Ramallah aujourd'hui dimanche.

Vous trouverez ci-dessous 9 suggestions et demandes modestes et utopiques:

1 - Il s'agit d'un long siège, s'il vous plaît faites des pressions continuelles, racontez nos récits et lancez des appels pour des actions continuelles.

2 - La directrice administrative et responsable des finances du Centre, Mme Manal Issa a recueilli près de 10 témoignages d'enfants de son entourage décrivant leurs conditions de vie sous le siège et des dessins qu'elle a scannés. On peut se procurer ces témoignages en arabe en écrivant à issamanal@yahoo.com 2 - La directrice administrative et responsable des finances du Centre, Mme Manal Issa a recueilli près de 10 témoignages d'enfants de son entourage décrivant leurs conditions de vie sous le siège et des dessins qu'elle a scannés. On peut se procurer ces témoignages en arabe en écrivant à issamanal@yahoo.com . Je les traduirai demain en anglais et vous les transmettrai. Je demande aux personnes qui reçoivent cet e-mail par envoi direct ou par retransmission de nous demander des copies de ces témoignages et de les diffuser le plus largement possible. (Voir ci-après) 2 - La directrice administrative et responsable des finances du Centre, Mme Manal Issa a recueilli près de 10 témoignages d'enfants de son entourage décrivant leurs conditions de vie sous le siège et des dessins qu'elle a scannés. On peut se procurer ces témoignages en arabe en écrivant à issamanal@yahoo.com . Je les traduirai demain en anglais et vous les transmettrai. Je demande aux personnes qui reçoivent cet e-mail par envoi direct ou par retransmission de nous demander des copies de ces témoignages et de les diffuser le plus largement possible. (Voir ci-après)

3 - Veuillez faire pression sur la communauté internationale et sur les décideurs pour faire lever le siège dont nous faisons l'objet. Nous avons besoin de dizaines et de centaines de lettres à la Maison Blanche: president@whitehouse.gov

et vice.president@whitehouse.gov

4 - Si vous ne voulez pas le faire, veuillez écrire aux grands journaux américains au sujet du siège.

5 - Il faut des manifestations quotidiennes devant les ambassades israéliennes.

6 - Il faut des appels des artistes arabes aux artistes de l'Europe de l'ouest pour qu'ils fassent des concerts, manifestations et appels aux décideurs pour faire lever le siège.

7 - Nous avons besoin que les artistes de l'Europe de l'ouest agissent et fassent des événements pour demander la levée du siège dont nous faisons l'objet.

8 - Si vous travaillez pour une publication, veuillez consacrer une section aux nouvelles quotidiennes ou hebdomadaires sur le siège, faites des interviews des témoins de la répression ou du siège, diffusez des témoignages d'enfants et des informations provenant des hôpitaux.

9 - Vous pouvez obtenir des informations sur la situation sanitaire désastreuse en appelant l'Hôpital de Ramallah pour parler au Dr Atari (directeur) ou au vice-ministre de la santé qui s'y trouve (Dr Munther Sharif) au (972 2) 298 2220.

10 - Donnez-nous vos suggestions pour agir et dites-nous ce qu'il vous faut pour mieux nous aider.

Merci au Muharraq Club, aux TV de Bahrein et au Nadwat al Thaqafa de Dubai qui nous ont déjà entendus.

Merci à toutes et à tous, nous espérons avoir bientôt de vos nouvelles.



Adila Laïdi
Traduit en français par Danièle Ouanès à Montréal.


DES TÉMOIGNAGES D'ENFANTS

À vous tous,

Je suis la directrice du Centre culturel Khalil Sakakini de Ramallah, je vous écris de chez moi pendant le siège. Vous trouverez ci-joint 13 courts témoignages d'enfants palestiniens qui vivent sous le siège à Ramallah.

Veuillez les publier et les diffuser immédiatement.

Ces témoignages ont été transcrits en arabe par Mme Manal Issa, préposée aux finances et à l'administration du Centre Sakakini, et ils ont été traduits en anglais, puis en français. Nous espérons que vous pourrez les publier comme «instantanés» sur le sort qui est nôtre, nous les Palestiniens assiégés par les Israéliens.

Merci et salutations

Dimanche 30 mars 2002


Je m'appelle Alayyan Zayed, j'ai 9 ans. Je ne peux pas jouer dans ma cour. Je ne peux pas sortir devant la porte d'entrée de ma maison à cause du couvre-feu. J'ai caché mes jouets parce que j'ai peur que les soldats israéliens m'emmènent parce que j'ai des fusils jouets et des tanks jouets. Je ne peux même pas aller au magasin acheter des bonbons à cause du couvre-feu.

Voici une lettre de Rana au monde entier: En ce moment, mon père est au loin. Quand j'ai remarqué pour la première fois que ma sœur et ma mère pleuraient en regardant la TV où on voyait les soldats israéliens qui tuaient les hommes qu'ils avaient arrêtés, j'ai cru que mon papa était l'un d'eux. J'ai commencé à pleurer et pleurer et puis au bout d'une minute je me suis demandée pourquoi je pleure, c'est notre destinée. Mon père est policier et nous devons résister.

Je m'appelle Lema Zayed, j'ai 11 ans: je veux aller à l'école finir mes études cette année. Je veux être libre pendant l'été, aller nager et m'amuser. Je veux que les soldats israéliens quittent notre pays, arrêtent l'occupation et arrête d'utiliser ces gros tanks. Nous n'avons rien pour les confronter. Je ne veux pas qu'ils occupent nos maisons ou qu'ils tirent des obus dessus.

Je m'appelle Ahmed Tuqan, j'ai 7 ans. Depuis que l'Intifada a commencé, nous avons commencé à déménager d'une maison à l'autre. Chaque semaine, nous habitons une maison différente. Les Israéliens entrent dans les maisons et ils font peur aux gens. Quand ils sont entrés dans Jérusalem, nous avons déménagé à Ramallah et quand ils sont entrés à Ramallah, nous avons déménagé à Jérusalem.

Mustafa Mulhem, 8 ans: je veux dire merci aux pays étrangers parce qu'ils veulent aider les enfants palestiniens. Notre situation est très, très mauvaise. Nos villes sont occupées, Je suis à Ramallah, c'est l'occupation totale par les soldats israéliens, la ville est pleine de tanks et de véhicules militaires. J'ai du chagrin pour les shuhada (morts) et les blessés mais nos hôpitaux et nos docteurs nous protégerons.

Je m'appelle Ala' Jibrin, j'ai 12 ans: j'habite Ramallah dans une vieille maison d'une pièce. Il n'y a pas de toilettes, alors nous utilisons les toilettes dehors (lieux d'aisances) de nos voisins, à 30 mètres de chez nous. Les soldats israéliens nous empêchent d'y aller ou d'aller à la cuisine, qui est aussi à l'extérieur de chez nous. Nous ne pouvons même pas faire la cuisine. Nous sommes 8 frères et sœurs dans cette situation difficile. Nous n'y comprenons rien et nous ne savons pas quoi faire, si nous sortons, il se pourrait qu'ils nous tirent dessus. En plus, les soldats jettent leurs ordures, ils chient et pissent devant notre porte d'entrée. L'électricité est coupée depuis hier. Nous sommes nerveux et c'est une situation psychologiquement difficile. Nous demandons à Dieu et à toute personne sur cette terre qui a des sentiments humains de s'interposer et de mettre fin à ce cauchemar que vivent les enfants palestiniens.

Je m'appelle Yanal Zayed, j'ai 4 ans. Je veux nager. Je veux être chez moi, avoir une maison et une fenêtre pour regarder dehors.

Je m'appelle Sara Atrash, j'ai 5 ans, Mamam, je t'aime.

Heba Burkan: 12 ans: Nous désirons ardemment la paix et la sécurité. Nous voulons de l'amour et de l'affection. Donnez-nous notre enfance et la liberté.

Dimanche 31 mars 2002

Ahmed Atrash, 8 ans: C'est une situation très difficile. Je m'ennuie. Mes parents ne me laissent pas jouer dans la cour. Ils ne me laissent pas regarder la TV, parce qu'ils regardent les nouvelles. Je suis triste pour les shuhada (morts) et j'étais encore plus triste quand j'ai entendu que leur nombre augmentait. Mais je joue avec mes amis dans le quartier. Mon seul souhait est que les soldats israéliens partent de mon pays et c'est le meilleur vœu que je fais.

Ala' Jibrin, 12 ans: Pendant qu'on dormait, on a entendu un bruit de verre cassé. Nous avons regardé par la fenêtre et avons vu des soldats israéliens qui cassaient les vitres des voitures et qui volaient les lecteurs de CD. Ils ont cassé les vitres de notre voiture mais, Dieu merci, ils n'ont pas volé notre lecteur. Le matin, 15 soldats sont entrés chez nous en criant. Ils ont tout mis sens dessus dessous, ils ont arrêté mon père et nous ont gardés dans notre petite cuisine à l'extérieur de la maison. Je crois qu'ils ont emmené mon père parce qu'il avait un drapeau palestinien. Je les ai vus battre très fort les hommes qu'ils avaient arrêtés. Est-ce que ce n'est pas en soi du terrorisme, oh mon Dieu!


Mizer Jibrin, 15 ans (frère d'Ala). Les soldats israéliens nous ont empêchés de sortir pour aller à la cuisine ou aux toilettes. Nous étions dans une situation incroyable. Comme les toilettes sont loin de la maison, mes plus jeunes sœurs utilisaient une boîte à ordure vide. J'ai refusé et insisté pour aller aux toilettes dehors. Mes parents ont essayé de m'empêcher, et comme j'insistais il ont été d'accord en me disant de faire attention. Quand j'ai eu fini aux toilettes, les soldats m'avaient encerclé et m'ont demandé de mettre les mains en l'air. L'un d'eux m'a poussé et a commencé à me questionner: Qu'est-ce que tu fais, comment tu t'appelles, quel âge as-tu? Je leur ai répondu et ils allaient me battre quand mon père a crié: «arrêtez, arrêtez, c'est un enfant qui est sorti pour aller aux toilettes». Ils m'ont relâché et ont fait irruption dans la maison. Ils ont emprisonné mes sœurs, mes frères et moi dans notre petite cuisine et ont détruit nos affaires. Ils ont arrêté mon père et l'ont battu avec d'autres hommes. Puis ils leur ont couvert la tête avec des sacs en plastique en les emmenant vers une destination inconnue. J'ai connu l'occupation et je n'oublierai jamais, jamais. Je veux dire arrêtez votre occupation, arrêtez votre tyrannie et arrêtez votre tuerie, arrêtez...


Alayyan Zayed, 9 ans: Les soldats israéliens tuent les hommes jeunes et effrayent les enfants. Ils emprisonnent les soldats palestiniens et tuent les journalistes.

Le nouveau Pearl Harbor

Source : http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2625

 
Dimanche 22 octobre 2006, par François Xavier  

 

A qui profite le crime ? !

Très astucieusement sous-titré 11 septembre : questions gênantes à l’administration Bush, ce livre est une bombe ! Comme ce fut le cas par le passé, voici l’administration américaine sous les feux des critiques au sujet de ce qui fut l’événement le plus extraordinaire du monde moderne. Trop vite qualifié d’attentats islamiques, les attaques du 11 septembre 2001 furent les actes les plus criminels jamais commis dans le monde moderne. Criminel est bien le mot juste car une fois le verni de la version officiel craquelé on découvre des intérêts financiers hors normes qui gravitent autour de cette date maudite. Comme si, derechef, il faut une fois de plus se poser la rituelle question : mais à qui profite le crime ?
Il va s’en dire que cette question n’a jamais été posée avec la vigueur nécessaire et que l’administration Bush s’est saisie du problème avec une grande maîtrise théâtrale dès le 14 septembre en enfermant ces événements dans le sacré. Du haut de la tribune, lors de cette "journée de prières", George W. Bush prononça un discours dans une cathédrale, avec à ses côtés un rabbin et un mufti, pour dénoncer l’Axe du Mal et appeler au patriotisme. Scellant ainsi le couvercle de l’enquête qui n’avait pas encore débutée ... Toute contestation sera donc vécue comme un sacrilège. Les quelques journalistes qui s’y sont attaqués ont très vite été licenciés pour motif de non patriotisme (sic). On ne pouvait remettre en cause la parole du Président. Même si les faits poussent à le faire.
Il aura donc fallu attendre que les années passent pour que les langues se délient et que les investigations officielles et privées aboutissent à la mise en lumière d’une suite de contradictions pour le moins surprenantes ... Et il est tout à fait logique que ce soit un "petit" éditeur, donc indépendant des grands groupes industriels, qui osent publier simultanément les meilleurs livres américains traitant du sujet. Un grand coup de chapeau, donc, à Demi Lune, pour son courage et son abnégation dans cette quête de vérité et dans cette volonté altruiste d’informer quoi qu’il en coûte ...

L’un des plus convaincants est bien le travail de David Ray Griffin, professeur de philosophie et de religion à Claremont, en Californie. Partant de cette fameuse théorie policière, Griffin ose franchir le pas et nommer les têtes pensantes qui pourraient être derrière ces attaques. Véritable puzzle politique et géographique, ce livre se met en place au fur et à mesure que les chapitres défilent et que votre sang se glace. Car une fois passée les haussements d’épaule du genre « c’est énorme ! c’est impossible ! » il faudra bien vous faire à l’évidence qui s’impose. Il faudra ainsi vous familiariser avec le contexte géopolitique du moment et cette inévitable quête d’énergie. Il faudra vous affranchir de l’Histoire et comprendre les interactions entre monde industriel et lobby militaire, entre services secrets et milieu financier qui gangrènent les USA depuis bientôt quarante ans. Il faudra comprendre que la religion n’est plus depuis longtemps une cause de querelle et/ou de division car tous n’ont qu’un seul but : contrôler les sources d’énergie et accroître sa domination.

Une fois acquis ces quelques notions, vous pourrez aborder les détails et ainsi plonger dans les abîmes des incohérences. En débutant par l’étude du détournement des avions qui démontre que si les procédures opérationnelles qui s’appliquent lors de détournements avaient été appliquées, aucun de ces avions n’aurait dû atteindre leur cible. Pourquoi les vols n’ont-ils pas été interceptés par la chasse américaine ?
Griffin vous expliquera par la suite pourquoi les Twins ne pouvaient s’effondrer à cause du seul choc des avions, ni à cause du kérosène (les témoignages rapportent une explosion au quatrième sous-sol qui a projeté un homme au sol ; un autre qui travaillait au sixième sous-sol de la tour nord a raconté qu’après avoir ressenti et entendu une explosion, lui et son coéquipier ont trouvé en miettes la zone de parking et le local de la machinerie y compris une presse hydraulique de 45 tonnes ... c’est le crash d’un avion survenu quelques trois cent mètres plus haut qui en est la cause ? si vous y croyez arrêtez votre lecture, sinon achetez ce livre de toute urgence !) ... Il vous démontre ce que c’est qu’une tour qui s’écroule en pille d’assiettes et une tour qui implose. Et quid des débris ? Des pièces à conviction, en quelque sorte ? C’est un crime fédéral de détruire des pièces à conviction, c’est pourtant ce qu’à fait le maire de New-York en faisant déblayer Ground Zéro avant que le moindre enquêteur ne puisse intervenir, pourquoi ? Pour masquer les traces d’explosifs ? Si c’est le cas, ce fut peine perdue puisque des photos ont été prises et démontrent, en effet, l’acier en fusion lors de l’effondrement et les longerons encore rougeoyants plus de 72 heures après l’effondrement (que l’on peut voir ici) ... Et quid de l’immeuble 7 qui a été détruit volontairement : saviez-vous qu’un troisième immeuble avait été détruit ? Saviez-vous que les autorités ont fini par avouer l’avoir détruit ? Savez-vous ce qu’il contenait comme bureaux et services ?
Vous connaissez la guerre des étoiles et les projets fous de l’administration Bush pour dominer le monde ? Vous pensez toujours qu’un Boeing a pu s’encastrer dans le Pentagone ? Alors amusez-vous à le rechercher dans les décombres ...
Vous n’avez jamais entendu parler de la note écrite par Vreeland et qui décrit les attaques un mois avant ? Ce livre vous explique pourquoi ...
Griffin aborde ensuite les raisons possibles d’un acte, si non prémédité, tout le moins non interrompu ... On apprend qui était l’ancien employeur de l’actuel président de l’Afghanistan, on suit les plaintes des agents du FBI dont les enquêtes ont été stoppées ; on découvre le triste destin de trois princes saoudiens dénoncés par un ancien membre d’al-Qaïda ; on remonte le fil du montage financier qui a permit à un homme d’affaires peut scrupuleux d’acheter les Twins sans se soucier de sa prime d’assurance ... On découvrira l’incroyable comportement du président Bush, en Floride, à l’école élémentaire pendant que les Twins étaient attaquées qui, au lieu de se mettre à l’abri, continua à suivre son programme, au grand dam des Services Secrets, qui ne comprenaient pas que le premier homme du pays ne soit pas mis en sécurité ... Sans parler du rôle du plus jeune frère Bush qui dirigeait la compagnie en charge de la sécurité des Twins, lesquelles furent visitées par de très nombreux "techniciens" lors d’une panne d’électricité survenue inopinément le week-end précédant le drame ...

Près d’une quarantaine de questions essentielles sont ainsi mises en évidence et qui appellent une réouverture de l’enquête, comme le réclament depuis des années toutes les familles des victimes ... avec en point d’orgue, ce document insensé, ce Projet pour un nouveau siècle américain qui semble bien être la cause de tout.

Avec plus de 50 pages de notes comprenant toutes les sources vérifiables puisque à plus de 95% consultables sur le Net, ce livre sera dans l’avenir l’une des pièces maîtresses de la libération de la vérité ; il est l’antidote indispensable au refus collectif qui paralyse la conscience de la nation américaine depuis quelques années.

P.S.

Vous pouvez aussi découvrir des extraits du livre sur le site de l’éditeur et y acquérir le livre, un geste de soutien, un geste citoyen ...

David Ray Griffin, Le nouveau Pearl Harbor, traduit de l’américain par Pierre-Henri Bunel, coll. "Résistances", Demi Lune, septembre 2006, 288 p. - 20 €

DIME

samedi 14 octobre 2006 (02h43)

DIME1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L ’armée d’occupation israélienne a-t-elle utilisé, au cours de l’été, dans la bande de Gaza, un nouveau type d’armes très performantes qui cause des blessures inhabituelles ? De nombreux témoignages font état de profondes brûlures et de membres sectionnés nettement, "comme s’ils l’avaient été par une scie", indique un médecin de l’hôpital Chifa, à Gaza, cité, mercredi 11 octobre, par le journal Haaretz. Les corps des morts n’ont pas été déchiquetés par des éclats comme c’est le cas habituellement, et les médecins ont noté que les blessures comportent de minuscules orifices d’entrée. A l’intérieur, il y a de petites particules qui ne peuvent, selon les médecins, être détectées aux rayons X. Une équipe de la chaîne de télévision italienne RAI 24news, la même qui avait révélé l’utilisation des bombes au phosphore lors de l’attaque américaine de Fallouja, en Irak, en novembre 2004, a enquêté sur ces blessures. Elle a abouti à la conclusion qu’il pouvait s’agir d’une nouvelle arme américaine appelée DIME (Dense Inert Metal Explosive), dont la particularité est d’être très performante pour détruire la cible choisie tout en causant des dégâts dans un rayon très limité de quelques mètres. C’est d’ailleurs ce qu’a reconnu un général israélien à la retraite, Yitzhak Ben-Israël.

DIME2-312fe.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon le site Internet des laboratoires de l’armée de l’air américaine, ce type de projectiles, qui serait au stade expérimental, est constitué d’une enveloppe en carbone avec à l’intérieur un mélange composé notamment de tungstène, métal qui est très conducteur de la chaleur. "Le résultat est beaucoup plus destructeur qu’un explosif normal, est-il indiqué, et l’impact des micro-shrapnels cause un effet similaire mais beaucoup plus puissant que l’onde de choc de la déflagration." Les journalistes italiens ont fait analyser à l’université de Parme les particules récupérées sur les victimes. Selon les résultats, il s’agit "d’une grande concentration de carbone et de la présence de matériaux inhabituels comme le tungstène, l’aluminium et le cuivre". Ce qui laisse supposer qu’il s’agirait du DIME, l’arme adéquate pour les assassinats ciblés pratiqués par l’armée d’ocupation dans la bande de Gaza à partir de drones ou d’hélicoptères. Ces nouveaux projectiles ont été utilisés à Gaza pendant la guerre contre le Liban, à une époque où tous les regards étaient tournés vers le pays. Depuis le 28 juin, date du lancement de l’opération Pluies d’été, après l’enlèvement trois jours auparavant du caporal israélien Gilad Shalit, l’armée d’occupation a mené d’innombrables incursions et bombardements dans la bande Gaza, tuant 240 personnes. http://www.aloufok.net/article.php3?id_article=3436

DIME3-525c3.jpg DIME4-411d9.jpg