28/11/2007

Pâle attrait

Je croyais t'avoir trouvée, mais voilà que le nombre de tes
années, me semble inaccessible et sacré... Car du haut de mon
sommet, je rêvais d'une brume enchantée, de vert émeraude
perlé, de ton doux visage ambré...

Mais du haut de mon rêve perché, retentit le nombre de mes
années, comme un tonnerre sauvage résigné, usé par le
temps passé... le coeur est pâle, mais éternellement
flatté...

Les commentaires sont fermés.