03/06/2009

10'000

Source: http://lepetitblanquiste.blogs.letelegramme.com/archive/2009/02/03/palestine-plus-de-10-000-palestiniens-sont-detenus-illegalem.html

10.02.2009

Plus de 10.000 Palestiniens sont détenus illégalement et torturés dans les prisons israéliennes

De 1987 à 2006, l'armée d'occupation israélienne a arrêté 288.000 Palestiniens [1].

18a0949df0752574d41d054a3579b89d.jpg
Au 20 juillet 2006, plus de 9.850 prisonniers étaient répartis dans plus de 30 prisons et centres de détention et d'arrestation. Certains avaient été jugés et condamnés (45%), d’autres étaient détenus sans jugement (46,4%) ou en détention administrative (8,6%).
Parmi les condamnés, 610 l’étaient à plus de 50 ans de prison et 698 à des peines allant de 15 à 50 années de prison. Sept prisonniers avaient déjà passé plus de 25 ans en prison (le plus ancien était Sa'id Atabeh, détenu depuis 29 ans) et 57 étaient emprisonnés depuis plus de 20 ans.

FEMMES
Le nombre des prisonnières s'élevait à 105. Trois prisonnières avaient été contraintes d’accoucher à l'intérieur de la prison.

ENFANTS
59 enfants étaient détenus dont 3 filles.
a33f0ff9c51548fcadcaeb524b2f600d.jpg
Plus de 1.000 prisonniers souffraient de maladies chroniques et diverses, et 200 prisonniers souffraient de maladies graves. Les prisonniers sont privés des soins, des interventions chirurgicales ainsi que des analyses médicales que leur état de santé exige.
183 prisonniers sont décédés en prison : 69 à la suite de tortures, 42 par négligence médicale et 72 ont été assassinés de sang-froid après leur arrestation [1].
ff2403da251905003f009a70dc66a130.jpg

TORTURES
Des milliers de prisonniers Palestiniens ont été torturés par les forces d’occupation israéliennes dans les prisons et les camps d’internement.
Parmi les méthodes de torture : l’obligation de rester debout durant des jours en subissant la chaleur du soleil ou le froid, d’être maintenu attaché à une chaise sans dossier, d’être soumis à une musique très bruyante ou encore d’être empêché d’utiliser les toilettes [2].

Le Shin Bet (service israélien de sécurité intérieure) est accusé d'avoir recours à certaines techniques spéciales de "pression physique": elles vont du Dry Beating (frappes qui ne laissent pas de traces) au Frog Crouch, qui oblige le prisonnier à se tenir sur la pointe des pieds, les mains attachées, avant d’être poussé ou frappé pour qu’il tombe. Quant à la Banana Position, elle consiste à lier les pieds et les mains ensemble sous un tabouret alors que le corps est penché en arrière dans une position incurvée [3].
Ces interrogatoires spéciaux « tombent sous la classification de tortures » selon les règles internationales.

En septembre 1999, la Haute cour de justice israélienne a fixé que les services israéliens n’avaient pas l’autorité juridique leur permettant d’utiliser « des moyens physiques » sur les personnes interrogées. Sans résultats.

« Au fil du temps, la prolongation de la colonisation a gangrené la société israélienne, abaissé ses barrières morales » [4].

JPD

[1] Rapport du 20 juillet 2006 du ministère des détenus et ex-détenus de l’autorité palestinienne.
[2] Washington Post, 18 juin 2004.
[3] Enquête de 2007 publiée par deux organisations israéliennes de défense des droits de l’homme, B’Tselem et Hamoked.
[4] Alain Gresh, "Israël, Palestine, vérités sur un conflit", Fayard, 2002.

Les commentaires sont fermés.