14/01/2009

Obus au phosphore

Source : http://www.24heures.ch/actu/monde/obus-phosphore-armee-israelienne-dit-respecter-droit-international-2009-01-12

 

L’armée israélienne dit respecter le droit international

violation | L’armée israélienne, accusée d’avoir recours à des obus au phosphore dans des zones civiles au cours de son offensive dans la bande de Gaza, a assuré lundi respecter le droit international. Des médecins et l'ONG Human Rights Watch ont dénoncé l’utilisation de ce type d'obus, dont l'usage est interdit par protocole contre des forces militaires stationnées au milieu de populations civiles.

 

phosphore.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

© AFP | Le phosphore blanc, utilisé comme un écran de fumée, est un agent toxique et l’exposition à ce produit peut se révéler fatale. Il peut provoquer des brûlures de la peau et endommager le foie, le coeur ou les reins.

 

afp | 12.01.2009 | 15:06

"L’utilisation de nos armes s’exerce dans le cadre des frontières légales du droit international", a indiqué un porte-parole de l’armée à l’AFP.

De son côté, le porte-parole du Premier ministre Ehud Olmert, Mark Regev, a déclaré à l’AFP que "ces munitions utilisées par Israël sont similaires si ce n’est identiques à celles utilisées par toutes les démocraties occidentales y compris les états membres de l’OTAN".

Un médecin palestinien, le Dr Youssef Abou Rich, a affirmé dimanche que l’armée utilisait à Gaza des bombes au phosphore blanc, des munitions controversées.

L’ONG Human Rights Watch a également dénoncé l’utilisation d’obus au phosphore par l’armée israélienne.
"Il apparaît qu’Israël utilise du phosphore blanc comme un écran de fumée, un moyen en principe permis dans le cadre du droit humanitaire international. Cependant, le phosphore blanc peut causer de graves brûlures. Le risque de blesser des civils est aggravé par la forte densité de la population à Gaza", indique le communiqué.

L’ONG "considère que l’usage du phosphore blanc dans les zones fortement peuplées de Gaza viole l’obligation faite par le droit international humanitaire de prendre toutes les précautions possibles pour éviter de blesser ou tuer des civils", ajoute l’organisation.

Pendant la guerre du Liban en 2006, l’armée israélienne accusée d’utiliser des bombes à fragmentation, dont l’usage est lui aussi interdit dans des zones habitées par des populations civiles, avait assuré que ces armes étaient utilisées "conformément aux normes internationales".

Le phosphore blanc est un agent toxique et l’exposition à ce produit peut se révéler fatale. Il peut provoquer des brûlures de la peau et endommager le foie, le coeur ou les reins.

Son utilisation n’est interdite par aucun traité international. Cependant le protocole III de la Convention de 1980 sur les armes conventionnelles interdit son usage contre les populations civiles ou contre des forces militaires stationnées au milieu de populations civiles.

 

 

 

 

 

Les nuages de mort

Mercredi 14 janvier 2009

wp-gaza-2009-image01.jpg

19 ème jour de terreur et de barbarie israélienne:

 

1017 morts et 4560 blessés, dont 322 enfants tués et 80 femmes. La moitié des blessés sont des enfants.

 

Israël a embrasé le ciel et la terre de Gaza, brûlé les chairs et les âmes, et même les cimetières sont profanés.

 

 

 

 

Josef Zisyadis, député national suisse

Source : http://www.silviacattori.net/article694.html

 

Josef_Zisyadis.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Josef Zisyadis devant le Tribunal fédéral à Lausanne   [Keystone]
Photo RSR.ch

 

Manifestation nationale Berne 10 janvier 2009

Palestine, Palestine !  Pourquoi les Etats du monde t’ont-ils abandonnés ?

Gaza, Gaza ! Pourquoi la communauté internationale t’a-t-elle abandonné ?

Si nous sommes descendus dans la rue aujourd‘hui, c’est pour exprimer notre rage, notre dégoût, notre révolte devant la lâcheté internationale face à un Etat voyou. C’est à nous les peuples du monde, les citoyens du monde de reprendre le flambeau de la solidarité internationale face à ce génocide crapuleux.

Le martyr du peuple palestinien de Gaza a assez duré. Nous disons CA SUFFIT !

·         Halte à l’agression militaire !

·         Levée immédiate du blocus !

·         Application du droit international !

·         Arrêt de la collaboration militaire Suisse-Israël !

En tant que dernier député suisse qui a visité Gaza et rompu le blocus avec 12 autres parlementaires au début novembre 2008, je revois en ce moment les visages de ces hommes et femmes, de ces enfants, de ces jeunes, de ces médecins, de ces responsables municipaux, de ces pêcheurs que j’ai rencontrés, déjà épuisés par des mois de blocus israélien et égyptien. Que sont-ils devenus ? Sont-ils encore vivants? 800 tués, des milliers de blessés innocents pour que des ministres israéliens puissent gagner leurs élections…

Une fois encore ce sont les civils innocents qui paient le prix de cette guerre ignoble, au mépris de la Convention internationale de Genève.

Un million et demi d’hommes, de femmes et d’enfants payent, sont punis pour avoir mal voté aux dernières élections démocratiques. La rééducation par la violence militaire pour qu’ils fassent un choix conforme à l’Etat israélien et à l’occident.

Il faut que cesse le double jeu que paye de son sang le peuple palestinien. La complicité active des États-Unis, le soutien tacite des régimes arabes en place, la passivité de l’Union européenne, le silence assourdissant de la Suisse ont encouragé le cynisme des va-t-en-guerre des dirigeants israéliens.

Notre pays, la Suisse doit cesser toute collaboration militaire avec un Etat voyou, expression qui qualifie exactement un comportement étatique qui bafoue le droit humanitaire, la protection des civils.

Qu’attend le Conseil fédéral pour rappeler son ambassadeur en Israël et expulser l’ambassadeur israélien en Suisse ? Oui ou non sommes-nous détenteurs de la Convention de Genève ? N’avons-nous pas ce devoir d’humanité à proclamer à la face du monde ? La Suisse doit traîner les dirigeants politiques et militaires israéliens devant le Tribunal pénal international pour crimes de guerre.

Il n’y aura jamais de solution militaire au conflit israélo-palestinien. Il n’y a que la paix et la négociation qui sont la seule issue pour les peuples de cette région. C’est pour cela que nous sommes dans la rue. C’est pour cela que nous sommes des citoyens du monde engagés au moment où les dirigeants de ce monde ont capitulé. Demain, il faudra reconstruire tout ce qui aura été consciemment détruit. Nous serons là pour mettre en place tous les jumelages, toutes les coopérations entre le peuple palestinien de Gaza et la population de notre pays.

Frères palestiniens nous sommes à vos côtés ! Frères militants anti-colonialistes israéliens nous sommes à vos côtés !



(seules les paroles prononcées font foi)