21/11/2007

9/11 Press for Truth

Source: http://www.voltairenet.org/article152811.html 

 

Tournée européenne du film documentaire de l’Américain Ray Nowosielski : « 11 septembre. En quête de vérité » (9/11 Press for Truth) version originale sous-titrée français suivi d’un débat à chaque séance avec diverses personnalités (écrivains, professeurs, investigateurs, journalistes).
   

Projections:

Bruxelles le 19 Nov. Salle du Cinéma Nova à 20h00
Louvain le 23 Nov. Salle à Provinciehuis à 19h30
Nancy le 26 Nov. Salle du cinéma Cameo à 20h15
Metz le 27 Nov. Salle du cinéma Cameo Ariel à 20h00
Lausanne le 03 Déc. Salle du cinéma Pathé galeries 6 à 19h30
Genève le 04 Déc. Salle du cinéma Rialto à 19h30
Lyon le 5 Déc. Salle du cinéma CNP Terreaux à 20h30
Marseille le 06 Déc. Salle du cinéma Prado à 20h00
Paris le 07 Déc. Salle du cinéma Action Christine à 20h30
Lille le 11 Déc. Salle du cinéma Majestic- à 20h00
Toulouse le 17 Déc. Salle du cinéma Utopia Centre à 20h30

 

 

 

« On sentait que le pays était menacé par le terrorisme et l’incompétence… et sans doute pire. »
Lorie Van Auken, veuve du 11 Septembre

« 75% de nos questions [à la Comission d’enquête] sont restées sans réponses »
Mindy Kleinberg, veuve du 11 Septembre

Parmi les milliers de personnes qui perdirent un proche parent le 11 Septembre, un petit groupe de familles militantes se leva pour exiger des réponses. Dans 9/11 Press For Truth [11 Septembre, En quête de vérité], 6 d’entre elles (dont 3 des célèbres "Jersey Girls") racontent pour la première fois leur histoire poignante ; comment elles ont défié les puissants à Washington – et gagné ! – en obtenant l’ouverture d’une enquête, avant d’assister, impuissantes, aux manœuvres de la Commission du 11/9 visant à éluder la plupart de leurs questions.

Les familles trouvèrent un allié en la personne de Paul Thompson. Peu satisfait de l’image incomplète du 11 Septembre que donnaient la plupart des médias, Thompson devint une sorte de journaliste citoyen. Il mit bout à bout des milliers d’articles et de reportages enterrés, oubliés ou passés inaperçus ainsi que des conférences de presse gouvernementales peu diffusées pour en faire ce qui devint la « Chronologie complète du 11 Septembre » (ou "Complete 9/11 Timeline" publiée par Harper & Collins sous le titre The Terror Timeline [La Chronologie de la Terreur]). Le film 9/11 Press For Truth est en partie adapté de ce remarquable travail, qui révéla aux familles une image très différente du chemin qui conduisit aux attentats et à la « Guerre contre la Terreur » qui en a résulté, un travail qui, aujourd’hui encore, soulève des questions importantes et toujours pressantes. 9/11 Press For Truth fut projeté en salle pour la première fois en Septembre 2006 à New York et dans la région de la baie de San Francisco. Avec l’aide de Robert Greenwald et de son réseau de distribution Brave New Theaters, il fut programmé de manière limitée dans une cinquantaine de villes aux États-Unis, ainsi qu’au Canada, en Grande-Bretagne, en République Tchèque, en Australie, et au Japon.

Le film fut immédiatement encensé par la critique et reçut un accueil enthousiaste de la part d’un nombre croissant de personnes concernées, partout dans le monde, convaincues que la Commission d’enquête sur le 11/9 et les médias occidentaux n’avaient pas rendu compte des questions essentielles, voire les avaient délibérément ignorées. Pour toutes ces personnes, 9/11 Press For Truth est le film, rationnel et sceptique, qu’elles attendaient avec impatience.

À l’occasion du 5e anniversaire des attentats, 9/11 Press For Truth fut diffusé dans l’intégralité du Moyen-Orient sur le réseau d’Al Jazira. Il fut bientôt acheté par des chaînes de télévision en Espagne, en Norvège, en Pologne, et dans toute l’Amérique Latine. En février 2007, 9/11 Press For Truth fit ses débuts à la télévision américaine sur la chaîne satellitaire LinkTV sur laquelle il est diffusé tout au long de l’année. Le DVD est maintenant disponible à la location chez Netflix et Blockbuster.com et à la vente dans des magasins comme Borders, Virgin Megastore, Sam Goody, Suncoast, Amazon.com et bien d’autres, à travers tous les États-Unis.

À partir de la mi-novembre 2007, la version originale sous-titrée en français et en espagnol du film sera en vente en exclusivité sur les sites Internet www.reopen911.info et à la librairie du Réseau Voltaire. Pour le commander, cliquez ici.

Les familles du 11 septembre

Dès novembre 2001, il était devenu une évidence capitale pour la plupart des familles du 11 Septembre partout aux États-Unis qu’une enquête indépendante au sujet des attentats serait nécessaire. De ces milliers de personnes, 12 se regroupèrent pour lutter en leur nom. Dans 9/11 Press For Truth, 5 membres parmi les plus engagés du "Family Steering Committee", (le Comité de Direction des Familles pour la Commission du 11 Septembre), racontent leur histoire pour la première fois.

Lorie Van Auken

L’une des célèbres "Jersey Girls", Lorie est la veuve de Kenneth Van Auken, qui, à 47 ans, travaillait pour Cantor Fitzgerald au 105e étage de la tour N°1 du WTC. Elle fut membre du "Family Steering Committee", et avec les autres veuves Mindy Kleinberg, Patty Casazza, Kristen Breitweiser, et Monica Gabrielle, elle dirige le groupe "September 11th Advocates" (Militants du 11/9). Elle élève toujours ses enfants dans l’est du New Jersey.

Mindy Kleinberg

Une autre des célèbres "Jersey Girls", Mindy, est la veuve d’Alan Kleinberg, 39 ans, qui travaillait pour Cantor Fitzgerald au 104e étage de la tour N°1 du WTC. Elle fut membre du "Family Steering Committee" pour la Commission du 11 Septembre, et avec les autres veuves Lorie Van Auken, Patty Casazza, Kristen Breitweiser, et Monica Gabrielle, elle dirige le groupe "September 11th Advocates". Elle continue à élever ses enfants dans l’est du New Jersey.

Patty Casazza

La troisième "Jersey Girl", Patty, est la veuve de John F. Casazza, qui travaillait pour Cantor Fitzgerald au 104e étage de la tour N°1 du WTC. Elle fut l’un des 12 membres du "Family Steering Committee" pour la Commission du 11 Septembre, et avec les autres veuves Lorie Van Auken, Mindy Kleinberg, Kristen Breitweiser, et Monica Gabrielle, elle participe au groupe "September 11th Advocates". Originaire de Colts Neck, dans le New Jersey, elle vit maintenant dans l’État de New York.

Monica Gabrielle

Désignée avec humour, par les autres, comme la 5e "Jersey Girl", Monica est la veuve de Richard Gabrielle, qui travaillait pour Aon dans la tour N°2 du WTC. Elle fut l’un des 12 membres du "Family Steering Committee" pour la Commission du 11 Septembre, et avec les autres veuves Lorie Van Auken, Mindy Kleinberg Patty Casazza et Kristen Breitweiser, elle participe au groupe "September 11th Advocates". Elle co-dirige également la "Skyscraper Safety Campaign" [La Campagne pour la sécurité dans les gratte-ciel] avec Sally Regenhard. Elle vit toujours à Manhattan.

Sally Regenhard

Sally est la mère de Christian Michael Otto Regenhard, un pompier en formation, à la compagnie 131, porté disparu au WTC. Elle a fondé la "Skyscraper Safety Campaign" qu’elle co-dirige avec Monica Gabrielle. Sally réside toujours dans le Bronx, à New York.

Bob McIlvaine

Bob est le père de Bobby McIlvaine, 26 ans, assistant du vice-président des relations media à Merrill Lynch, qui trouva la mort dans les attentats contre le World Trade Center. Moniteur à la retraite auprès d’adolescents en difficulté et auparavant patron d’un bar à Philadelphie, il se trouvait dans un hôpital en compagnie des adolescents dont il avait la charge, lorsqu’il prit connaissance des attentats. Il n’est pas membre du "Family Steering Committee", mais s’impliqua très tôt dans le combat pour faire ouvrir une enquête, à partir du moment où il assista au rassemblement des familles en juin 2002 au Capitole ; il a alors rejoint les membres du Comité à chaque audition de la Commission. Il vit avec sa femme en Pennsylvanie.

La chronologie complète du 11 septembre

Au milieu de l’année 2002, Paul Thompson, originaire du nord de la Californie et ancien élève de l’université de Stanford sans expérience préalable sur le sujet du terrorisme, a commencé à s’y intéresser avec le 11/9 et des articles incroyables qui apparurent soudain dans la presse. Parmi ceux-ci, la révélation de CBS News selon laquelle le Président Bush reçut un rapport quotidien (ou PDB) le 6 août 2001, l’avertissant d’un attentat imminent d’Oussama ben Laden contre les États-Unis impliquant des avions de ligne. Thompson se retrouva vite confronté à une somme extraordinaire d’infos disponibles sur l’Internet et devint de plus en plus frustré en découvrant à quel point la version « officielle » sur le 11 Septembre était incomplète. Il commença à rassembler et à résumer toutes les infos et faits crédibles sur le 11/9 ; il se fixa pour règle de n’utiliser dans son travail que ce qu’il trouverait dans les grands médias, et les mit en ligne dans un ordre chronologique.

Aujourd’hui, la chronologie complète du 11 Septembre consiste en une multitude d’informations provenant de plus de 7 000 articles de la « grande presse » sur le 11 Septembre, chaque fait immédiatement suivi par ses sources avec des liens pointant vers les articles originaux. Le quotidien new-yorkais The Village Voice fut le premier à porter à l’attention du public les travaux de Thompson, qui fut par la suite couvert assez largement, du magazine Esquire à Fox News. Comme le reporter du Village Voice James Ridgeway le résume bien : « La chronologie de Paul Thompson se base sur une documentation publique de ce que nous connaissons – ce que le monde connaît – au sujet du 11 Septembre. Elle doit être prise plus au sérieux que le Rapport de la Commission d’enquête sur le 11/9, parce que tout y est ouvert. Il n’y a rien de secret là-dedans. » Au début de l’année 2004, Thompson quitta définitivement son travail auprès d’un groupe de protection environnementale basé à San Francisco, pour se consacrer à temps plein à son projet.

Les familles du 11/9 ont découvert assez tôt cette chronologie, qui est devenue un outil précieux dans les recherches du "Family Steering Committee". Quand Harper & Collins publia le livre The Terror Timeline à la fin de l’année 2004, chacune des 4 "Jersey Girls" écrivit une introduction pour dire tout le bien qu’elles en pensaient. « Le travail de recherche complet et minutieux de Paul Thompson fournit au monde entier une véritable mine d’informations sur le 11/9. Si vous voulez tout savoir du 11/9, vous devez lire [ce livre] » écrivit par exemple Kristen Breitweiser. 9/11 Press For Truth se fonde sur ce travail, avec la permission de Thompson, qui intervint en tant que conseiller auprès de la production.

Le site de Paul Thompson est actuellement en cours de traduction en français, sous le titre La Chronologie complète du 11/9. Il s’agit d’un projet à but non lucratif, et nous recherchons des bénévoles ayant des compétences certaines en matière de traduction (anglais-français), des relecteurs/correcteurs et des webmasters. Les personnes disposant d’une bonne connaissance des wikis ou de l’organisation du travail communautaire sont aussi les bienvenues. Elles sont invitées à se faire connaître ici : contact@editionsdemilune.com Site en ligne dès que possible à ces adresses : www.chronologieonzeseptembre.info/ Et www.chronologie11septembre.info/

La production

Comme Paul Thompson, les cinéastes Ray Nowosielski et John Duffy, tous deux âgés d’une vingtaine d’années, furent bouleversés par le 11 Septembre, mais ne s’y intéressèrent pas en profondeur tout de suite. Au printemps 2003, pendant leur dernier semestre à l’école de cinéma du Columbia College à Chicago, un ami mentionna "The Complete 9/11 Timeline" en passant. Duffy et Nowosielski décidèrent d’y jeter un œil le soir même. En fait, incapables de s’arrêter, ils parcoururent le site de long en large, jusqu’au petit matin.

Bien que les réalisateurs n’aient jamais eu un intérêt marqué pour le genre du documentaire, les mois passant, ils en vinrent à penser qu’il y avait là une histoire que le public américain devait entendre. Au moment du deuxième anniversaire du 11 Septembre, ils cherchaient le financement pour ce qui allait devenir 9/11 Press For Truth. Le premier investisseur apporta les fonds en mai 2004, ce qui permit le début de la pré-production. La longue phase de production débuta avec un voyage à New York en Septembre 2004.

Pendant cette visite, les cinéastes firent deux rencontres importantes. Paul Thompson dont le livre The Terror Timeline venait juste d’être publié par Harper & Collins, se trouvait à New York cette semaine pour en faire la promotion. Après les avoir écoutés, Thompson accepta de les laisser adapté son travail à l’écran – une décision très importante pour le film. La seconde rencontre fut celle de Kyle F. Hence.

À la mi-2003, Hence avait co-fondé 9/11 Citizens Watch, une association citoyenne de défense des droits de l’homme qui surveillait les activités de la Commission du 11/9 au nom du public et était en contact étroit avec le "Family Steering Committee". Il accepta de rejoindre la production en tant que producteur exécutif (il deviendra plus tard co-producteur et co-scénariste), et au printemps 2005, il obtint des interviews avec 3 des célèbres "Jersey girls" – un autre moment important dans la genèse du film.

La production fut terminée en décembre 2005, et Hence contacta Globalvision (Beyond JFK, 1994 ; WMD : Weapons of Mass Deception, 2004) pour l’aider à terminer le film. Hence avait travaillé en 2004 avec Danny Schechter, le co-fondateur de Globalvision, et ancien producteur pour le magazine 20/20, sur un projet de documentaire qui ne se concrétisa pas.

Rory O’Connor, co-fondateur et ancien producteur pour Frontline (émission récompensée d’un Emmy Award) se joignit à Hence en tant que producteur exécutif, procurant à la production les nombreuses ressources de Globalvision. Ken Ellis, producteur expérimenté auprès de l’Educational Foundation de George Lucas, lui aussi honoré d’un Emmy, mit la touche finale à la production en tant que co-producteur exécutif.

Le militantisme

En Mars 2007, le candidat Démocrate à l’élection présidentielle Dennis Kucinich a annoncé des plans pour l’ouverture d’une nouvelle enquête sur le 11/9 par le sous-comité qu’il préside au Congrès, parce que : « La Commission du 11/9... n’est jamais parvenue à résoudre certaines questions factuelles qui posent problème. » Comme le film 9/11 Press For Truth détaille ces dernières ainsi que le mécontentement et l’insatisfaction des familles envers le Rapport final de la Commission, ses producteurs ont lancé une campagne nationale et citoyenne en vue d’encourager Kucinich à étendre son enquête jusqu’à ce que toutes les questions posées par le "Family Steering Committee" trouvent réponses.

Le site Internet 911PressForTruth.com encourage les activistes états-uniens à envoyer un « Pack Press For Truth » à leur représentant au Congrès. Le pack comprend le DVD de 9/11 Press For Truth, la liste complète des questions que le "Family Steering Committee" avait adressées à la Commission et les notes en rapport (« répondue », « partiellement répondue » ou « complètement ignorée ») ainsi qu’un modèle de lettre à envoyer électroniquement à leur député.

L’objectif de la production est que chacun des 435 membres votant de la Chambre des Représentants et les 100 membres du Sénat reçoivent un tel « pack ». Si ces efforts sont couronnés de succès, la campagne sera étendue aux législatures de chaque État voire, par la suite, aux responsables des principaux médias. Des événements hebdomadaires tels les projections semi-publiques de 9/11 Press For Truth sont prévus tout au long de l’année 2007 afin de générer un activisme militant pour encourager le Congrès à soutenir l’enquête de Kucinich sur le 11/9.

L’équipe du film

Narration • Michael Pritchard Réalisation • Ray Nowosielski Scénario • Ray Nowosielski • Kyle F. Hence Basé en partie sur The Terror Timeline de • Paul Thompson Production • Ray Nowosielski • John Duffy • Kyle F. Hence Producteurs exécutifs • Kyle F. Hence • Rory O’Connor Co-producteur exécutif • Ken Ellis Producteur associé • Kozo Okumura Coordinateur de production • Glenn Beatty Direction de la photographie • John Duffy Montage • Kozo Okumura Animation graphique par ordinateur • Erik Potter Musique • Adam Johnson • Ben Johnson Post-production • Z. Jadwick

Un mot du réalisateur

Le 2 juin 2006, Bob McIlvaine nous a envoyé un courriel après avoir vu un premier montage de 9/11 Press For Truth. Bob, qui a perdu son fils Bobby au World Trade Center, est l’homme en larmes avec lequel se termine le film, et dont voici les propos : « J’en ai tellement marre du peuple américain. J’en ai tellement marre de ce gouvernement… à cause de toutes ces dissimulations ! »

Ainsi était rédigé son courriel :

« Je viens juste de visionner votre documentaire. Je tremble véritablement, pas seulement à cause de son impact émotionnel, mais aussi à l’idée que le peuple des États-Unis puisse voir ce film. Ma voisine l’a regardé avec moi, et je pense vraiment qu’elle était stupéfaite et sans voix. Chaque collège, lycée et université devrait avoir un exemplaire de ce documentaire… Il est impératif que le monde connaisse la vérité sur le 11 Septembre. A jamais reconnaissant,

Bob McIlvaine
Père de Bobby."

Aucune critique enthousiaste, aucun prix dans un festival, aucune autre forme de reconnaissance, aussi prestigieuse soit-elle, pour ce film ne pourra jamais avoir plus de valeur et de signification pour moi que le courriel de Bob. Notre espoir depuis le tout début de la production était que ce film puisse servir d’une façon ou d’une autre la mission que certaines familles se sont donnée de découvrir la vérité au sujet de la mort de leurs proches et de la faire connaître au public américain. Je ne peux qu’espérer que le souhait de Bob soit exaucé, et que « le peuple des États-Unis puisse voir ce film ».

Ray Nowosielski
Indianapolis
Juillet 2006

11/06/2007

Démocratie israélienne...

Au risque de paraître faussement naïf, il me semblait que dans une démocratie la liberté de pensée et d'expression était de mise... Fais divers isolé ou indice révélateur d'un malaise de plus en plus difficile à cacher dans une société établie dans cette région du monde par la force et la violence depuis bientôt 70 ans... Le fait dérangeant Vanunu est malheureusement loin d'être "divers" pour le pouvoir israélien...
 
 
 
 
 
Source: http://www.voltairenet.org/article147937.html 
 
Mordechaï Vanunu pourrait être de nouveau condamné 
 
Un tribunal israélien a reconnu Mordechaï Vanunu coupable, le lundi 30 avril 2007, d’avoir violé l’interdiction qui lui est faite d’accorder des interviews à des journalistes étrangers, comme il en a donné au Réseau Voltaire en 2005, ou à d’autres médias, anglais, états-uniens, australiens ou français.

Déjà condamné en 1986 à dix-huit ans de prison – qu’il a purgé intégralement – pour avoir révélé au Sunday Times les activités nucléaires israéliennes dans l’usine de Dimona, où il était ingénieur, Vanunu a été libéré en 2004, et fait l’objet de restrictions renouvelables tous les ans, avec notamment interdiction de quitter le territoire israélien et d’entrer en contact avec des journalistes étrangers. Restrictions maintenues dix jours avant son jugement. Bien que le monde soit désormais conscient de la détention par Israël de l’arme atomique, le gouvernement maintient ses mesures pour museler l’un de ses principaux opposants

En effet, Mordechaï Vanunu dénonce régulièrement les pratiques du gouvernement israélien, qu’il qualifie d’apartheid. Il déclarait notamment dans nos colonnes en 2005 : « Nous ne devons pas accepter cet État juif. L’État juif d’Israël est le contraire de la démocratie ; nous avons besoin d’un État pour tous ses citoyens, sans égard pour leurs croyances religieuses. La solution, c’est un État unique, pour tous ses habitants, de toutes les religions, comme c’est le cas dans des démocraties comme la France ou la Suisse, et non pas seulement un État pour les juifs. Un État juif n’a absolument aucune raison d’être. Les juifs n’ont pas besoin d’un régime fondamentaliste comme celui qui règne en Iran. Les gens ont besoin d’une véritable démocratie, qui respecte les êtres humains. Aujourd’hui, dans la région du Moyen-Orient, nous avons deux États fondamentalistes : l’Iran, et Israël. Mais Israël est très en avance, en matière de fondamentalisme, même sur l’Iran ! ».

Après cette décision du tribunal israélien, il pourrait retourner en prison pour six mois. La sentence, susceptible d’être contestée en appel, sera rendue le 18 mai.

24/05/2007

L'effroyable imposture 2

EI2
 
 
Une enquête inédite remettant en cause de nombreuses légendes médiatiques sur le Proche-Orient  
 
Source: http://www.voltairenet.org/librairie/product_info.php?products_id=57&language=fr
 
Depuis soixante ans, le Proche-Orient est en guerre ininterrompue. Si toutes les tentatives de paix ont échoué, c’est que les causes réelles du conflit n’ont jamais été clairement exposées.

Présentée à tort comme une réponse instantanée à l’enlèvement de deux soldats par le Hezbollah, l’offensive israélienne contre le Liban, en juillet-août 2006, est en réalité l’aboutissement d’un plan longuement préparé. Partant de là, l’auteur analyse la loi autorisant le président des États-Unis à attaquer le Liban et la Syrie, l’étrange amitié liant Jacques Chirac au clan Hariri, les ambiguïtés de la résolution 1559, les secrets de l’assassinat de Rafik Hariri. Il révèle les manipulations de l’enquête de l’ONU et l’action des commandos de tueurs du Mossad au Liban.

Un point de vue totalement nouveau sur la nature des relations entre les États-Unis et Israël

Revenant sur la nature de l’État d’Israël et sa fonction dans la région, il remet en cause le rôle attribué au mouvement sioniste de Theodor Herzl et dévoile l’action déterminante des leaders politiques évangéliques, en Angleterre et aux États-Unis, pour la création d’un État juif en Palestine.

Étudiant les plans du Pentagone pour dominer cette région riche en hydrocarbures, il détaille les différentes stratégies qui ont été proposées, celle qui a été choisie pour diviser les populations et démembrer les États, et l’argumentaire du terrorisme islamique qui a été inventé et mis en scène pour la justifier.

Enfin, poursuivant son enquête, il montre comment les combattants du Hezbollah ont tenu en échec une armée suréquipée grâce à l’aide discrète de la France, de la Russie et de la Chine, et de quelques officiers israéliens résolument antisionistes.

Thierry Meyssan, journaliste français, est président-fondateur du Réseau Voltaire, une association internationale qui fédère des agences de presse et des médias non-alignés en Europe, en Amérique latine et dans le monde arabe. Il édite un site Internet d’information en huit langues. Il préside également la conférence anti-impérialiste Axis for Peace. Ses ouvrages sur les attentats du 11 septembre 2001, traduits en 26 langues, ont inspiré la politique de nombreux États et ont bouleversé les relations internationales.