30/10/2006

Le nouveau Pearl Harbor

Source : http://www.oulala.net/Portail/article.php3?id_article=2625

 
Dimanche 22 octobre 2006, par François Xavier  

 

A qui profite le crime ? !

Très astucieusement sous-titré 11 septembre : questions gênantes à l’administration Bush, ce livre est une bombe ! Comme ce fut le cas par le passé, voici l’administration américaine sous les feux des critiques au sujet de ce qui fut l’événement le plus extraordinaire du monde moderne. Trop vite qualifié d’attentats islamiques, les attaques du 11 septembre 2001 furent les actes les plus criminels jamais commis dans le monde moderne. Criminel est bien le mot juste car une fois le verni de la version officiel craquelé on découvre des intérêts financiers hors normes qui gravitent autour de cette date maudite. Comme si, derechef, il faut une fois de plus se poser la rituelle question : mais à qui profite le crime ?
Il va s’en dire que cette question n’a jamais été posée avec la vigueur nécessaire et que l’administration Bush s’est saisie du problème avec une grande maîtrise théâtrale dès le 14 septembre en enfermant ces événements dans le sacré. Du haut de la tribune, lors de cette "journée de prières", George W. Bush prononça un discours dans une cathédrale, avec à ses côtés un rabbin et un mufti, pour dénoncer l’Axe du Mal et appeler au patriotisme. Scellant ainsi le couvercle de l’enquête qui n’avait pas encore débutée ... Toute contestation sera donc vécue comme un sacrilège. Les quelques journalistes qui s’y sont attaqués ont très vite été licenciés pour motif de non patriotisme (sic). On ne pouvait remettre en cause la parole du Président. Même si les faits poussent à le faire.
Il aura donc fallu attendre que les années passent pour que les langues se délient et que les investigations officielles et privées aboutissent à la mise en lumière d’une suite de contradictions pour le moins surprenantes ... Et il est tout à fait logique que ce soit un "petit" éditeur, donc indépendant des grands groupes industriels, qui osent publier simultanément les meilleurs livres américains traitant du sujet. Un grand coup de chapeau, donc, à Demi Lune, pour son courage et son abnégation dans cette quête de vérité et dans cette volonté altruiste d’informer quoi qu’il en coûte ...

L’un des plus convaincants est bien le travail de David Ray Griffin, professeur de philosophie et de religion à Claremont, en Californie. Partant de cette fameuse théorie policière, Griffin ose franchir le pas et nommer les têtes pensantes qui pourraient être derrière ces attaques. Véritable puzzle politique et géographique, ce livre se met en place au fur et à mesure que les chapitres défilent et que votre sang se glace. Car une fois passée les haussements d’épaule du genre « c’est énorme ! c’est impossible ! » il faudra bien vous faire à l’évidence qui s’impose. Il faudra ainsi vous familiariser avec le contexte géopolitique du moment et cette inévitable quête d’énergie. Il faudra vous affranchir de l’Histoire et comprendre les interactions entre monde industriel et lobby militaire, entre services secrets et milieu financier qui gangrènent les USA depuis bientôt quarante ans. Il faudra comprendre que la religion n’est plus depuis longtemps une cause de querelle et/ou de division car tous n’ont qu’un seul but : contrôler les sources d’énergie et accroître sa domination.

Une fois acquis ces quelques notions, vous pourrez aborder les détails et ainsi plonger dans les abîmes des incohérences. En débutant par l’étude du détournement des avions qui démontre que si les procédures opérationnelles qui s’appliquent lors de détournements avaient été appliquées, aucun de ces avions n’aurait dû atteindre leur cible. Pourquoi les vols n’ont-ils pas été interceptés par la chasse américaine ?
Griffin vous expliquera par la suite pourquoi les Twins ne pouvaient s’effondrer à cause du seul choc des avions, ni à cause du kérosène (les témoignages rapportent une explosion au quatrième sous-sol qui a projeté un homme au sol ; un autre qui travaillait au sixième sous-sol de la tour nord a raconté qu’après avoir ressenti et entendu une explosion, lui et son coéquipier ont trouvé en miettes la zone de parking et le local de la machinerie y compris une presse hydraulique de 45 tonnes ... c’est le crash d’un avion survenu quelques trois cent mètres plus haut qui en est la cause ? si vous y croyez arrêtez votre lecture, sinon achetez ce livre de toute urgence !) ... Il vous démontre ce que c’est qu’une tour qui s’écroule en pille d’assiettes et une tour qui implose. Et quid des débris ? Des pièces à conviction, en quelque sorte ? C’est un crime fédéral de détruire des pièces à conviction, c’est pourtant ce qu’à fait le maire de New-York en faisant déblayer Ground Zéro avant que le moindre enquêteur ne puisse intervenir, pourquoi ? Pour masquer les traces d’explosifs ? Si c’est le cas, ce fut peine perdue puisque des photos ont été prises et démontrent, en effet, l’acier en fusion lors de l’effondrement et les longerons encore rougeoyants plus de 72 heures après l’effondrement (que l’on peut voir ici) ... Et quid de l’immeuble 7 qui a été détruit volontairement : saviez-vous qu’un troisième immeuble avait été détruit ? Saviez-vous que les autorités ont fini par avouer l’avoir détruit ? Savez-vous ce qu’il contenait comme bureaux et services ?
Vous connaissez la guerre des étoiles et les projets fous de l’administration Bush pour dominer le monde ? Vous pensez toujours qu’un Boeing a pu s’encastrer dans le Pentagone ? Alors amusez-vous à le rechercher dans les décombres ...
Vous n’avez jamais entendu parler de la note écrite par Vreeland et qui décrit les attaques un mois avant ? Ce livre vous explique pourquoi ...
Griffin aborde ensuite les raisons possibles d’un acte, si non prémédité, tout le moins non interrompu ... On apprend qui était l’ancien employeur de l’actuel président de l’Afghanistan, on suit les plaintes des agents du FBI dont les enquêtes ont été stoppées ; on découvre le triste destin de trois princes saoudiens dénoncés par un ancien membre d’al-Qaïda ; on remonte le fil du montage financier qui a permit à un homme d’affaires peut scrupuleux d’acheter les Twins sans se soucier de sa prime d’assurance ... On découvrira l’incroyable comportement du président Bush, en Floride, à l’école élémentaire pendant que les Twins étaient attaquées qui, au lieu de se mettre à l’abri, continua à suivre son programme, au grand dam des Services Secrets, qui ne comprenaient pas que le premier homme du pays ne soit pas mis en sécurité ... Sans parler du rôle du plus jeune frère Bush qui dirigeait la compagnie en charge de la sécurité des Twins, lesquelles furent visitées par de très nombreux "techniciens" lors d’une panne d’électricité survenue inopinément le week-end précédant le drame ...

Près d’une quarantaine de questions essentielles sont ainsi mises en évidence et qui appellent une réouverture de l’enquête, comme le réclament depuis des années toutes les familles des victimes ... avec en point d’orgue, ce document insensé, ce Projet pour un nouveau siècle américain qui semble bien être la cause de tout.

Avec plus de 50 pages de notes comprenant toutes les sources vérifiables puisque à plus de 95% consultables sur le Net, ce livre sera dans l’avenir l’une des pièces maîtresses de la libération de la vérité ; il est l’antidote indispensable au refus collectif qui paralyse la conscience de la nation américaine depuis quelques années.

P.S.

Vous pouvez aussi découvrir des extraits du livre sur le site de l’éditeur et y acquérir le livre, un geste de soutien, un geste citoyen ...

David Ray Griffin, Le nouveau Pearl Harbor, traduit de l’américain par Pierre-Henri Bunel, coll. "Résistances", Demi Lune, septembre 2006, 288 p. - 20 €

28/10/2006

Comment dit-on fasciste en hébreu ?

Source :
http://www.monde-diplomatique.fr/carnet/2006-10-25-Lieberman?var_source=apple
 
mercredi 25 octobre 2006


Le 21 janvier 2001, il a menacé, en cas d’attaque palestinienne, de « bombarder Beit Jala (un faubourg de Bethléem), Téhéran, Le Caire et le barrage d’Assouan ».

(Le Monde, 2 février 2001)

Le 7 octobre 2003, il a allongé la liste de ses cibles : « Nos ennemis dans la région doivent comprendre que l’Etat d’Israël est sur le point de perdre la raison. Faute de quoi, nous ne pourrons pas obtenir le calme ici. Cette effusion de sang chez nous doit s’arrêter. Si nous nous trouvons obligés de brûler tous les champs, outre Damas et Beyrouth, nous le ferons. »

(http://www.aad-online.org/2004/Fres...)

Le 7 juillet 2003, il répondait à une question de la radio Kol Israël sur le sort des milliers de prisonniers palestiniens :

« Il vaudrait mieux noyer ces prisonniers dans la mer Morte, si possible, puisque c’est le point le plus bas du monde. »

(http://www.walla.co.il)

Le 25 décembre 2004, il formulait sa solution du conflit israélo-palestinien : « Mon plan propose de placer la plupart des Arabes sous autorité palestinienne en excluant les villages arabes des territoires sous souveraineté israélienne. Parce que si on accepte la création d’un Etat palestinien sans trouver une solution aux Arabes israéliens, notamment les musulmans parmi eux qui habitent les villages du Triangle et qui se trouvent pour leur majorité sous l’influence de la section nord du mouvement islamiste, ce serait notre fin. »

(Interview avec Yaffa Goldstein, www.hazofe.co.il)

Interrogé par Le Figaro, il ajoutera ce commentaire : « C’est exactement ce qui s’est passé avec l’Alsace-Lorraine. »

(Le Figaro, le 22 mars 2006)

Le 23 octobre 2006, Yoav Stern, dans le quotidien Haaretz, signale que le président du Haut comité arabe israélien, M. Shuweiki Hatib, a qualifié le parti de cet homme politique, Israël Beitenu, de « parti fasciste » et appelé le premier ministre Ehud Olmert à cesser toute négociation visant à le faire entrer dans l’actuelle coalition gouvernementale. S’exprimant lors de la commémoration du cinquantième anniversaire du massacre de Kafr Kassem, M. Hatib a affirmé : « L’existence d’hommes politiques prônant le transfert (des Arabes d’Israël) doit être considérée comme un feu rouge pour la société israélienne. »

Peine perdue : déjà ministre sous M. Ariel Sharon, l’auteur de ces déclarations racistes et aventuristes, M. Avigdor Lieberman, devrait à nouveau, si la Knesset en décide ainsi, entrer dans le gouvernement israélien comme vice-Premier ministre chargé des « affaires stratégiques ».

L’Union européenne avait boycotté l’Autriche pour moins que ça…

25/08/2006

Effort de guerre 1701

Effort de guerre 1701

Voilà, encore une fois, tout comme par le passé, une décision politique est imposée pour poursuivre l’effort de guerre belliqueux et colonial du plus fort…

Une résolution des Nations Unies en l’occurrence, votée dans la nuit du 11 au 12 août 2006 à l’unanimité des 15 membres (seulement quelques nations quand on y pense…), dont le but principal est de satisfaire aux exigences israéliennes, en réclamant avant tout la dissolution de toutes les formes de résistance libanaise et leur désarmement…

Les exigences de cette résolution, bien que demandant en apparence « l’arrêt des hostilités », ne s’avèrent être qu’une série de chevaux de Troie, destinés à jouer leur véritable rôle au moment opportun…

L’utilisation des guillemets dans « arrêt des hostilités » n’indique pas une citation, mais marqua l’ironie d’une situation où ce n’est pas le principal intéressé (à savoir Israël) que la plupart des exigences visent, mais les principaux agressés !

Résumons un peu, depuis soixante ans, aucune mesure n’a été prise pour faire appliquer la moindre résolution condamnant les agissements criminels de l’Etat israélien. Or voilà que les choses semblent bouger… Voilà qu’on se mobilise pour arrêter le massacre, qu’on se prépare à envoyer des troupes après avoir voté une résolution…

Mais c’était trop beau pour être vrai non… ? Pas après soixante ans de la même rengaine…

Cette fois pourtant, la rengaine est un peu différente, elle a un arrière-goût équerrant… Comment l’expliquer… ?

Shimon Peres aurait déclaré à ce sujet : « Nous avons obtenu satisfaction sur la quasi-totalité de nos exigences. C’est sans précédent ».

Cela veut tout dire non ?!

L’ONU estime que le Hezbollah était l’agresseur en enlevant les deux soldats israéliens et qu’Israël s’est contenté de se défendre légitimement. Aucune allusion dans cette résolution à la réaction disproportionnée de l’Etat juif et aux horreurs infligées au peuple libanais.

Ce qu’Israël déclare est pris comme parole d’Evangile… L’ONU n’a absolument pas tenu compte du fait que les deux soldats en question ont été capturés lors d’une action de leur commando en territoire libanais… et fait par conséquent d’une résistance libanaise légitime, une action terroriste justifiant l’agression israélienne !

Pire encore, l’ONU parle d’escalade de la part des deux camps ce qui enterre une bonne fois pour toutes la moindre responsabilité israélienne dans la destruction intégrale du Liban et qui écarte toute revendication financière contre Israël pour la reconstruction du pays.

D’autres points de cette résolution ont de quoi susciter l’indignation.

Pour exemple, elle n’exige pas le retrait immédiat des troupes d’occupation israéliennes, mais se contente d’être « déterminé à agir de telle sorte que ce retrait intervienne le plus tôt possible », histoire de laisser à Israël le temps nécessaire de finir son sale nettoyage…

Le mot est lâché, la résolution demande la cessation des « offensives militaires », pas celle des « nettoyages »…

En attendant, l’ONU réclame sur le champ « la libération inconditionnelle des soldats israéliens enlevés » et se contente d’être mollement « conscient du caractère délicat de la question des prisonniers et encourageant les efforts visant à régler d’urgence la question des prisonniers libanais détenus en Israël »…

En langage clair, Israël à la bénédiction de la communauté internationale pour continuer à faire la sourde oreille !

Il en est de même des portions de territoire libanais occupées depuis 1967, qui relève semble-t-il d’une autre réalité… l’ONU se contentant de prendre « dûment note des propositions faites dans le plan en sept points concernant le secteur des fermes de Chebaa »…

Elle prend note !!! D’un côté on exige, de l’autre on prend note !

Deux poids deux mesures… encore…

Pendant ce temps Israël peut continuer à occuper ce secteur, en attendant de la FINUL le désarmement des résistants libanais gênants et qui sont considérés par l’ONU, dans cette résolution, comme une grande menace à neutraliser impérativement !

L’ONU a pourtant été témoin, aux premières loges, de la dévastation du Liban…

En exigeant le désarmement de la résistance libanaise, l’ONU entérine les visées agressives de la politique israélienne.

D’une inaction affligeante durant soixante ans de souffrances palestiniennes, sans parler des récentes exactions, encore en cours d’ailleurs à Gaza et en Cisjordanie, l’ONU se décide à passer à l’action, non en votant et en faisant appliquer des résolutions justes, mais en contribuant à lier les mains des futurs « ex-résistants » libanais, en minimisant l’énormité de la violation du Liban et en détournant l’attention des crimes israéliens commis quotidiennement en Palestine…

C’est tout bonnement scandaleux et méprisable ! Mais du moment que Shimon Peres est content…

Bon sang, un pays souverain a été entièrement détruit et des centaines de milliers d’habitants déplacés !

A supposer même que les deux soldats aient effectivement été enlevés par le Hezbollah en territoire israélien (d’avant ou d’après 1967 peu importe…), dans le but de servir de monnaie d’échange dans la libération de ses propres ressortissants libanais et palestiniens enlevés par israël, cela peut-il justifier d’une façon ou d’une autre ce qu’a fait l’Etat sioniste ?!

L’ONU semble considérer cet enlèvement bien plus grave que les opérations armées israéliennes, les assassinats ciblés, les massacres de populations civiles, les kidnappings des représentants élus démocratiquement palestiniens et surtout, tous ces enfants tués !

Israël avait planifié cette guerre sournoise contre le Liban de longue date. Un commando a été envoyé en territoire libanais pour créer la provocation et comme prévu deux soldats ont été arrêtés et détenus par le Hezbollah. L’affaire était dans le sac.

Les bombardements israéliens du Liban ont alors commencé, en espérant une réponse du Hezbollah. La réponse n’a pas tardé à venir, les roquettes sur Israël, présentées aux yeux du monde comme une preuve de la violence contre Israël et non comme une riposte à l’agression violente israélienne, justifiant d’autant plus « le droit d’Israël à se défendre »…

Foutaises !

Le bilan est dramatique côté Liban-Palestine et moralement tout autant dramatique côté communauté internationale. Une organisation qui, par ses prises de positions et ses résolutions adoptées sous pression de certains pays dans l’intérêt prioritaire d’Israël, est en train de se discréditer au regard des principes démocratiques les plus élémentaires…

On peut s’attendre sous peu à ce qu’une organisation discréditée de la sorte ne puisse plus prétendre à aucune légitimité internationale, encore moins à exister…

On pourrait prédire que c’est peut-être l’un des buts principaux que certains pays souhaitent atteindre, pour se libérer d’une instance morale internationale et pouvoir enfin asseoir leur domination brutale, dans un but de suprématie économico culturelle… principalement les Etats-Unis et Israël avec l’appui de divers pays européens…

L’avenir n’est donc plus à l’espoir, mais au pessimisme bien entamé et à la devise du « malheur des uns fait le bonheur des autres »…

Entre les deux, il n’y a plus d’arbitre juste.

AB